Tribune libre novembre 2018

La Politique, avec un grand P, a, depuis toujours, été l’art de gérer la cité ou de rendre possible ce qui est nécessaire.

Aujourd’hui, notre société traverse une crise profonde dans laquelle nos concitoyens ne croient plus en rien.

Elus, syndicalistes, scientifiques, religieux, journalistes voient leur parole décridibilisée.

Nos concitoyens rejettent toute autorité, perdent tout repère, sont gagnés par le désespoir.

Dans un tel chaos, la verticalité cède la place à l’horizontalité. Le mouvement, spontané et désordonné, des gilets jaunes en est une parfaite illustration.

Notre démocratie représentative est malade.

Nul ne peut se satisfaire d’une telle situation qui devient explosive.

Renouer le dialogue, par une véritable écoute, regagner la confiance de nos concitoyens, tel est le chemin. Il n’y en a pas d’autre.