Tribune libre janvier 2019

A en croire les sondages, en cette période de morosité, de perte de repères et de violence, les Maires semblent épargnés par la vindicte populaire.
Les élus locaux « à portée d’engueulade » bénéficient, encore, de la clémence de nos concitoyens.
La proximité apparait désormais comme une vertu cardinale. Les élus proches du terrain, à l’écoute de leurs administrés, vivant au milieu d’eux jouissent d’une autre considération que ces élus « hors sol », n’ayant jamais été impliqués dans la vie locale. Force est de constater que des politiques brillants sont parfois dénués de tout sens pratique …
Pour autant, le malaise est profond, y compris chez de nombreux Maires qui, d’ores et déjà, ont annoncé qu’ils ne se représenteraient pas lors des prochaines élections municipales.
Cela confirme, s’il en était besoin, que notre démocratie est bien malade.
La classe politique, dans son ensemble, doit impérativement se remettre en question et changer ses méthodes et ses pratiques.